Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Bienvenue sur mon blog !

IMGP0417.JPG
Je m'appelle Valentin Chaput, ou Xia Bing
en chinois (夏冰 : "glace de l'été"). En 2007-2008, l'année de mes 20 ans, j'ai eu la chance de partir un an apprendre le mandarin à Pékin dans le cadre de ma troisième année à Sciences Po Paris. J'étudiais à l'université de langues étrangères de Pékin, connue en Chine sous le nom de BeiWai, abbréviation de Beijing Waiguoyu Daxue (北京外国语大学).

Vous trouverez sur ce blog le récit de ma vie pékinoise en cette année olympique, des photos de mes voyages et des dossiers thématiques pour découvrir à mes côtés la richesse de la civilisation chinoise. J'espère que vous prendrez du plaisir à parcourir ce blog, et qu'il vous donnera envie de vous rendre en Chine à votre tour !

谢谢

 

Val----Qufu-FB-r--d.jpg

 

Retrouvez moi sur : 

Logo Linkedin2Logo Viadeo

3 septembre 2007 1 03 /09 /septembre /2007 18:01
A la veille de la rentrée des classes pour certains d'entre vous comme pour moi, quelques leçons de bases vous amuserons peut-être, et, qui sait, déclencheront des vocations pour le Chinois. Ne vous attendez pas à ce que je vous retranscrive mes cours sur le blog, cela n'aurait aucun intérêt, mais je voulais juste donner aux néophytes quelques fondamentaux pour comprendre la logique de la langue chinoise. Aujourd'hui, la distinction entre les différents types de caractères (hanzi) et l'utilisation de l'alphabet occidental.

Comme d'autres peuples du monde à la même époque, les Chinois ont inventé un système d'écriture pour communiquer il y a environ 3500 ans. Les premières traces retrouvées sont des signes gravés sur des carapaces de tortue (jia) et des os (gu) utilisés pour les rituels. Ces Jiaguwen sont des dessins sommaires d'éléments ou d'activités (l'homme, l'arbre, le soleil, les éléments, l'agriculture etc.). Au fur et à mesure, ces signes se sont transformés jusqu'aux caractères actuels. Il faut distinguer les caractères traditionnels, encore utilisés à Taiwan et Hong Kong, des caractères simplifiés par le régime communiste pour accélérer l'alphabétisation des masses dans les années 1950. Le Chinois que j'apprends est donc fait de caractères simplifiés. Prenons l'exemple de la porte (men), qui donne respectivement les deux caractères suivants en traditionnel puis en simplifié :

門                  门

L'écriture des caractères doit respecter un certain ordre de traits sur lequel nous reviendrons jeudi normalement.

En plus de la simplification des caractères, la Chine a décidé d'adapter sa langue à l'alphabet phonétique occidental, pour faciliter l'apprentissage des petits Français nuls en langues étrangères comme nous. Cela a donné l'alphabet pinyin, comme lorsque je vous ai donné la prononciation du caractère "porte" : men. Ce sera pour mercredi, car demain, je vous présenterai le système des quatre tons qui rend la prononciation du mandarin nettement plus... sportive !

Pour aller plus loin, je vous conseille la méthode avec laquelle nous avons travaillé à Sciences Po : C'est du chinois ! de Monique Hoa, aux éditions You Feng.
Repost 0
3 septembre 2007 1 03 /09 /septembre /2007 17:48
Comme promis, je vous fait un rapide petit point sur les chiffres et les nombres en Chinois :

0 : ling = 0
1 : yi (ou yao en dialecte Pékinois) = 一
2 : er (le chiffre 2) = 二;ou liang (la quantité, comme dans "deux pommes") =
3 : san = 三
4 : si = 四
5 : wu = 五
6 : liu = 六
7 : qi = 七
8 : ba = 八
9 : jiu = 九
10 : shi = 十
11 : shiyi = 十一
12 : shier = 十二
...
20 : ershi = 二十
30 : sanshi = 三十
...
100 : bai = 百
1000 : qian = 千
10000 : wan = 万
Repost 0
3 septembre 2007 1 03 /09 /septembre /2007 16:44
Les visites se sont enchaînées ses trois derniers jours, sans me laisser le temps de les commenter. La  première dans l'ordre chronologique fut celle des jardins du Summer Palace, nommé en Chinois Yiheyuan (颐和园 : "Jardin où l'on cultive la Concorde"). Le principal intérêt du Palais d'été est... son palais. Mais nous n'avions ni le temps ni l'envie de payer l'entrée totale comprenant la visite d'un Palais que nous aurons le temps de visiter tout au long de l'année.

8--Palais-d---t--.jpg
Autrefois résidence impériale située à douze kilomètres du tumulte de la Cité Interdite, Yiheyuan a été désormais phagocyté par l'extension de Pékin. Au milieu du XVIIIe siècle, l'Empereur Qianlong fit construire un palais sur la Colline de la Longévité millénaire pour sa mère Nihulu. Mais c'est Cixi, la dernière Impératrice, qui donna au Summer Palace son prestige en dépensant des fortunes pour aménager ce lieu à la fin du XIXe siècle, avant d'y séquestrer l'Empereur Guangxu, son neveu. J'aurai certainement l'occasion de découvrir les trésors de ces palais et temples plus tard dans l'année. Pour notre part, nous avons simplement profité d'une petite balade dans le parc (assez immense), notamment autour du Pont des Dix-Sept Arches qui relie l'Ile Nanhu aux rives du "Lac de l'Eternel Printemps" (Kunming hu).


Puis nous avons continué notre tour, pour découvrir quelques beaux points de vue sur le Lac et le Palais :

16--Porte-sur-l-Ile-Nanhu.jpg
12--Lac-Kunming-depuis-le-Pont.jpg
17--Pont-Yiheyuan.jpg
Et enfin, ma préférée : un petit garçon qui regardait le cerf-volant que vous distinguez à peine très haut dans le ciel, mais qui a été distrait par un autre événement exceptionnel : un groupe d'une dizaine de lao wai.

22--Petit-Chinois-au-Cerf-volant.jpg
Repost 0
Published by Val - dans Pékin
commenter cet article
2 septembre 2007 7 02 /09 /septembre /2007 18:02
Je vous disais dans l'article précédent sur la monnaie que le salaire moyen tournait autour de l'équivalent de 100 euros en Chine, et surtout qu'il montait de presque 20% chaque année en moyenne depuis une petite décennie. C'est l'une des  possibles explications de la stabilité actuelle du régime. Mais je garde cette question pour une autre fois. Ce qui m'intéresse ici est de questionner la notion de pays en voie de développement dans le cas de la Chine de ce début de XXIe siècle.

Le développement, il existe bel et bien, aucun doute possible à ce sujet. Pékin est un vaste chantier d'où jaillissent quotidiennement des tours de bureaux ou de logements. Certains quartiers où nous avons pu nous rendre en début de séjour, comme la rue commerçante de Wangfujing ou le quartier occidentalisé de Sanlitun n'ont rien à envier aux capitales européennes et nord-américaines. Les boutiques sont les mêmes, les clients sont les mêmes.
Mais Pékin propose une grande variété sociale, car à quelques mètres des Starbucks, Nike et autres McDonald's (réservés aux Chinois les plus aisés), des mingong travaillent nuits et jours à la construction d'un nouveau centre commercial ou d'un énième hôtel de luxe pour les JO. Ces minggong représentent les populations dites "flottantes", composées de travailleurs migrants venus des campagnes de l'intérieur du pays, pour gagner des misères afin de faire survivre leurs familles restées dans les terres. Pour eux, le développement est encore à venir, car ils vivent dans les conditions du Tiers-Monde.
Enfin, entre les deux, d'innombrables Pékinois de classe moyenne travaillent pour entretenir le rythme de la machine économique chinoise, qui leur est de toute façon profitable puisque leur pouvoir d'achat augmente en même temps que la croissance. Ce Pékin-là est le plus intéressant puisqu'il a conservé l'authenticité de la ville, avec beaucoup de monde, des odeurs incomparables (pas toujours très appréciées), du bruit et de l'activité à toute heure, ainsi que quelques très bons restaurants à prix réduits ;-).

Pékin est donc en révolution urbaine, tout comme la Chine, engagée dans un développement à vitesse accélérée, qui profite beaucoup à certains, moins à d'autres. Cela offre une grande diversité et donc des découvertes, avec toujours ce contraste saisissant entre la Chine ultra-moderne, les restes du Pékin ancien, partiellement recouverts par cinquante ans de régime communiste. Cette photo prise dans le quartier de Sanlitun illustre bien à mon sens tout le paradoxe du développement chinois, qui creuse les inégalités au sein de la population.

Sanlitun-contraste.jpg
Deux mondes si proches et si éloignés à la fois...
Repost 0
Published by Val - dans Contrastes
commenter cet article
2 septembre 2007 7 02 /09 /septembre /2007 17:41
C'est l'une des phrases les plus importantes pour un étranger en Chine. Tout simplement, elle signifie : "Combien ça coûte?" C'est donc d'une utilité quasi constante si vous vous promenez un petit peu et que vous ne résistez pas à l'envie d'un petit plat de jiaozi, ou à celle d'acheter des faux Louis Vuitton et cie.

Je fais donc un petit article sur la monnaie en Chine. Cela vous aidera si vous avez la chance de venir en Chine, et cela sera également plus simple pour les articles où j'évoquerai les prix chinois. Les Chinois protègent énormément leur monnaie, le yuan (symbolisé par un Y barré par deux traits horizontaux, comme le yen japonais, me semble-t-il). Elle ne sort pas de Chine, et par conséquent, si vous voyagez, vous ne changerez vos euros qu'à l'aéroport de Pékin. Le taux de change actuel est assez simple, puisqu'il tourne autour de 1 euro = 10 yuan.

On se retrouve très vite avec des liasses de billets roses de 100 yuan, à l'effigie de Mao... comme tous les autres ! Les choses se compliquent un tout petit peu, car le terme yuan s'emploie à l'écrit, mais devient kuai lors des négociations à l'oral. 1 kuai équivaut à 10 centimes d'euro, donc on descend rarement en dessous, mais le kuai se divise tout de même en dix jiao, qui se disent mao à l'oral. Enfin, il y a les fen qui sont des centièmes de kuai, mais leur usage est très limité.

Le nombre de billets que contiennent nos portefeuilles nous donne l'impression d'être très riches, mais attention, car cela part très vite ! Enfin, le salaire moyen est désormais autour de 1000 kuai par mois (il a doublé en cinq ans), soit une centaine d'euros, environ le dixième du SMIC français.

Demain, je vous apprendrai un autre élément indispensable lors de la négociation : les chiffres.
Repost 0
2 septembre 2007 7 02 /09 /septembre /2007 02:29
Ni hao,
après les jardins du Palais d'été avec les Sciences Potistes hier, nous allons à la Muraille avec l'université aujourd'hui. Dès que j'ai fait le tri des photos des deux visites, je vais essayer de créer un album photo sur le blog, pour que vous puissiez les consulter plus librement. Bonne journée. 
Xia Bing
Repost 0
Published by Val - dans Pékin
commenter cet article
1 septembre 2007 6 01 /09 /septembre /2007 18:14
Une des sensations les plus marquantes lors de l'arrivée en Chine, c'est l'impression d'être étranger. Alors bien sûr, cela  paraît évident, mais c'est quelque chose qui mérite d'être vécu pour être bien compris et ressenti. La Chine est en fait un monde auto-suffisant qui s'est bâti sur des normes différentes, voire opposées aux nôtres, et qui, passé l'étonnement de voir un blanc prendre le bus ou faire ses courses au milieu des locaux, ne vous prête pas plus d'attention qu'à n'importe quel autre pékinois. C'est assez difficile à décrire : dans certains endroits, l'Occidental n'est pas du tout dépaysé, et ailleurs, il l'est totalement, ressentant vraiment un fossé culturel. C'était une des raisons de mon choix pour Pékin, et je ne suis pas déçu.

Le plus impressionnant, c'est le fait de se retrouver en très nette minorité ethnique. Il y aurait environ cinquante mille expatriés à Pékin, pour une population allant de 13 à 17 millions d'habitants (suivant que l'on compte les "populations flottantes" de travailleurs au plus bas de l'échelle sociale). Ce qui fait un blanc pour trois cents chinois en moyenne. Lorsque l'on prend le bus à trois, nous sommes donc statistiquement les seuls Occidentaux sur les mille personnes alentour. On prend alors conscience du poids démographique énorme de la Chine. Les Chinois sont littérallement partout. Il y a du monde partout tout le temps, et les gens ne sont pas pressés comme à Paris, ils suivent le flot humain en mouvement.

Le métro est un bon exemple de cette marée humaine. Les étrangers se déplaçant essentiellement en taxi, il est rare de croiser des non-Chinois dans les transports en commun. J'ai pris les deux clichés suivants à la station de métro de Fuxingmen, où se croisent les lignes 1 et 2. Les deux photos ont été prises dans la même minute, avant et après l'arrivée d'une rame de métro.

M--tro1.JPG
Les photos ont bien été prises à quelques secondes d'intervalle : regardez les deux filles en rouge et avec un sac à main blanc à droite du poteau de gauche. Ils sont partout, tout le temps !

Repost 0
Published by Val - dans Contrastes
commenter cet article
1 septembre 2007 6 01 /09 /septembre /2007 17:34
Après quelques jours de galères électrico-administrativo-bancaires, l'année va enfin pouvoir débuter, officiellement mardi prochain. Le test oral était assez comique lui aussi, puisque j'étais incapable de répondre aux questions basiques de l'examinatrice, mais elle voulait malgré tout que j'aille au niveau supérieur car je savais lire presque tous les caractères. J'ai préféré jouer la sécurité pour ne pas me retrouver dépassé.

Après une dizaine de jours à Pékin, je trouve que nous nous sommes plutôt bien adaptés au rythme de vie, à la gastronomie pékinoise, et il y a vraiment moyen de passer une très bonne année !

Le campus de notre université est très agréable. Notez qu'en Chine, on dit "notre université", "notre entreprise" etc. et pas "mon", "ma". Hormis le fait que le campus soit divisé en deux par le périphérique aérien, l'université est à taille humaine, avec quelques beaux espaces verts, de très bonnes installations sportives, plusieurs supérettes très utiles, et des rues adjacentes bourrées de restaurants (en même temps, en Chine, il y a des restaurants partout).

P--riph-.JPG
L'entrée principale du West Campus depuis le East Campus, avec le troisième périphérique au milieu... 

Ma chambre est honteusement luxueuse comparée au niveau de vie du pékinois moyen, qui lui-même est très au-dessus du Chinois moyen. J'ai une douche et des toilettes personnelles, dont j'aurais pu me passer, mais qui ajoute un net confort d'utilisation. J'ai également une superbe télévision, avec plus d'une cinquantaine de chaînes toutes plus irregardables les unes que les autres. J'essayerai d'ailleurs de développer un peu plus ce sujet à l'avenir parce que la télé chinoise est souvent très drôle.

Chambre-1.JPG
Chambre-2.JPG


La vue depuis ma fenêtre quadruple-vitrage du 10e étage : la CCTV Tower (215m pour la plateforme, 410 pour l'antenne), mais elle sera bientôt remplacée par un bâtiment de Rem Koolhaas à l'architecture absolument incroyable. Suivant la densité du brouillard (naturel + pollution), il arrive que je la voie beaucoup mieux... ou pas du tout.
Repost 0
Published by Val - dans BeiWai
commenter cet article
31 août 2007 5 31 /08 /août /2007 04:53
Enfin... !

J'ai désormais payé mon abonnement Internet, ce qui me permet de vous écrire depuis ma chambre. Cela devenait frustrant d'avoir tant de choses amusantes, intrigantes (et énervantes aussi parfois) à vous raconter sur ces derniers jours et de ne pas pouvoir les poster. Je vais maintenant pouvoir me reconnecter un peu à l'actualité. C'est d'ailleurs assez surprenant que Beijing, ville où vous pouvez trouver les toutes dernières technologies partout, ne soit pas plus (ou mieux) reliée à Internet. Il n'y a quasiment aucun système de Wi-fi (sauf le Starbucks), et pas énormément de 网吧 (wang ba : les cyber-cafés).

Mais la chose est réparée, un peu plus tôt que prévu, car le test de ce matin était... plus court que prévu pour nous ;-). En fait, ils se sont plantés dans la traduction des instructions en Anglais, donc c'était l'écrit ce matin et l'oral demain, alors que le papier indiquait le contraire. Du coup, j'ai préparé quelques phrases de présentation hier pour l'oral, mais je n'ai pas spécialement revu les caractères.

Or l'épreuve consistait à donner la correspondance en pinyin (donc en alphabet phonétique) d'une longue série de caractères ou expressions. En gros, il devait y avoir pas loin de 1000 caractères différents, nous en avons appris 400 en France, et après les vacances, il en reste 250. Bref, on n'est pas allé très loin, mais comme ils n'avaient pas l'air d'être dérangés par le travail d'équipe, on a fait ça à trois. On a trouvé pire que nous (copie quasi-blanche) et bien mieux (des Coréennes ou des Japonaises pour qui le Chinois est la LV1 depuis le collège). Bref, on a bien rigolé, mais demain, l'oral risque d'être nettement moins drôle !

Je vous laisse. J'aurai peut-être un peu de temps ce soir pour vous faire partager deux ou trois anecdotes sympathiques.
Bonne journée,
XB

EDIT : It works... ou presque ! En effet, hier soir, alors que j'écrivais les quelques lignes ci-dessus, l'électricité a disjoncté dans ma chambre. Les hôtesses d'accueil ne parlant pas de tout Anglais, j'ai passé la soirée à la bougie (ou plutôt à la luminosité de l'écran d'ordinateur - modernité oblige...), avant de me représenter ce matin à l'accueil. Ils m'ont envoyé un électricien chinois, c'était que du bonheur ! "Maintenant, électricité ; ce matin, avoir pas électricité". Maintenant tout est sensé marcher vraiment. Mais ne vendons pas la peau du dragon avant de l'avoir tué ;-)
Repost 0
Published by Val - dans BeiWai
commenter cet article
30 août 2007 4 30 /08 /août /2007 06:54
Salut,
je n'ai pas beaucoup de temps devant moi... Mais c'est juste un petit post pour vous dire que je suis enfin sorti des déboires administratifs (du moins les premiers), et que les "vacances" s'achèvent car j'ai des tests de niveau dès demain (8h !). Autrement, tout va bien. J'espère avoir rapidement Internet dans ma chambre pour vous en dire plus.
A très bientôt,
Xia Bing
Repost 0
Published by Val - dans BeiWai
commenter cet article