Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Bienvenue sur mon blog !

IMGP0417.JPG
Je m'appelle Valentin Chaput, ou Xia Bing
en chinois (夏冰 : "glace de l'été"). En 2007-2008, l'année de mes 20 ans, j'ai eu la chance de partir un an apprendre le mandarin à Pékin dans le cadre de ma troisième année à Sciences Po Paris. J'étudiais à l'université de langues étrangères de Pékin, connue en Chine sous le nom de BeiWai, abbréviation de Beijing Waiguoyu Daxue (北京外国语大学).

Vous trouverez sur ce blog le récit de ma vie pékinoise en cette année olympique, des photos de mes voyages et des dossiers thématiques pour découvrir à mes côtés la richesse de la civilisation chinoise. J'espère que vous prendrez du plaisir à parcourir ce blog, et qu'il vous donnera envie de vous rendre en Chine à votre tour !

谢谢

 

Val----Qufu-FB-r--d.jpg

 

Retrouvez moi sur : 

Logo Linkedin2Logo Viadeo

11 janvier 2008 5 11 /01 /janvier /2008 07:26
Le premier semestre s'achève. Il sera passé bien vite au final... Certes le début de l'année, nos premiers jours un peu galères où nous ne comprenions absolument rien, ou même les souvenirs de la France me paraissent loin, mais comme nous n'avons pas eu le temps de nous ennuyer ici, ces quatre mois et demi ont été très rapides ! Même si notre niveau de mandarin reste "élémentaire" pour le moment (il paraît que nous avons le même niveau que les enfants de... moyenne section de maternelle !), nous mesurons nos progrès. Si nous manquons de vocabulaire dans beaucoup de domaines, nous pouvons désormais expliquer le mot ou l'expression que l'on cherche avec notre niveau de langue. Malgré ma prononciation peu rigoureuse, je me fais très bien comprendre en général. Comprendre les Chinois n'est pas toujours évident en revanche, notamment les Pékinois dans la rue qui ne font aucun effort pour articuler ! A l'écrit, nous pouvons désormais reconnaître un peu moins de 2000 carcatères, et je pense savoir en écrire environ 1500. La route est encore longue, et un an n'est sûrement pas suffisant pour parler, lire et écrire un bon Chinois, mais nous pouvons déjà nous débrouiller dans la vie quotidienne !

La méthode d'apprentissage du Chinois est certes rébarbative pour des gens de notre âge, mais elle montre son efficacité à long terme. La régularité paye. C'est ainsi que j'ai eu de bons résultats à mes examens finaux (92,5 en hanyu, 87 en kouyu et 87,5 en tingli). Au final, mes notes finales sur l'ensemble du premier semestre sont plutôt élévées : 95 en hanyu, 90 en kouyu et 91 en tingli, soit 19, 18 et 18,2 sur 20 si l'on prend un barème français ! Mais cette comparaison n'a aucun sens, car ici, le système est fait de telle sorte que tout le monde ait plus de la "moyenne" fixée à 60/100. Les notes de la majorité des étudiants de notre niveau oscillent entre 85 et 95 (au second semestre, ce sera plus dur naturellement...). Je suis particulièrement fier de ma note en hanyu, car c'est la matière que j'ai le plus travaillé, et de mes progrès en tingli, qui était un peu notre bête noire en début de semestre. Nous comprenions 25% des dialogues, et nous sommes désormais à 80-90%, ce qui est très encourageant. Comme pour toutes les langues à l'oral, c'est à force de pratique que l'on réussit à comprendre et se faire comprendre. Il y a eu une sorte de déclic assez net il y a environ un mois et demi.

En tout cas, ce premier semestre a vraiment été très satisfaisant, grâce aux très bonnes conditions d'enseignement (autour de dix élèves par classe, mais le nombre descend plus souvent à six pour les cours à 8h du matin ;-)), à l'attention des professeurs et de l'administration, et à la bonne ambiance générale qui règne dans cette université, sérieuse mais sympathique ! Les partenariats linguistiques, notamment avec Alicia, m'auront également permis d'acquérir du nouveau vocabulaire, et de discuter d'autres sujets en rapport avec la Chine, les Chinois et leurs modes de pensée, car la confection de raviolis chinois, le déménagement ou la réparation du vélo sont des thèmes de vocabulaire importants mais pas très passionnants sur le fond. Pour résumer le message, s'il y a des étudiants qui hésitent à tenter l'expérience chinoise (qui peut faire peur au départ pour tous les changements qu'elle entraîne), il faut se lancer et vous ne le regretterez pas !

Partager cet article

Repost 0
Published by Val - dans BeiWai
commenter cet article

commentaires