Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Bienvenue sur mon blog !

IMGP0417.JPG
Je m'appelle Valentin Chaput, ou Xia Bing
en chinois (夏冰 : "glace de l'été"). En 2007-2008, l'année de mes 20 ans, j'ai eu la chance de partir un an apprendre le mandarin à Pékin dans le cadre de ma troisième année à Sciences Po Paris. J'étudiais à l'université de langues étrangères de Pékin, connue en Chine sous le nom de BeiWai, abbréviation de Beijing Waiguoyu Daxue (北京外国语大学).

Vous trouverez sur ce blog le récit de ma vie pékinoise en cette année olympique, des photos de mes voyages et des dossiers thématiques pour découvrir à mes côtés la richesse de la civilisation chinoise. J'espère que vous prendrez du plaisir à parcourir ce blog, et qu'il vous donnera envie de vous rendre en Chine à votre tour !

谢谢

 

Val----Qufu-FB-r--d.jpg

 

Retrouvez moi sur : 

Logo Linkedin2Logo Viadeo

8 janvier 2008 2 08 /01 /janvier /2008 16:59
undefined
Fin de cette série sur le cinéma chinois, sous forme de question. Comme pour la géographie, c’est une nouvelle fois la question de l’avenir de la Chine en général et de son cinéma en particulier qui m’intéresse ici, et ma réponse sera à double tranchant.

Le cinéma chinois émerge, incontestablement, au niveau mondial. Les films à gros budgets dépassent leurs frontières asiatiques traditionnelles et les recettes d’exploitation sont également excellentes aux Etats-Unis et en Europe. Citons par exemple Tigre et Dragon, Hero, Le Secret des Poignards Volants etc. Les films d’auteurs sont aussi particulièrement à l’honneur en Occident, avec les succès critiques de Still Life, Une Jeunesse Chinoise ou encore, pour coller à l’actualité, de Lust, Caution. Depuis quelques années, ces films remportent tous les prix dans les grands festivals de cinéma. Le fait que la plupart de ces films soient partiellement ou totalement censurés en Chine contribue en partie à cet attrait grandissant pour ce que les Chinois ont à nous dire de nous et d’eux-mêmes à travers leurs films. C’est un phénomène assez nouveau : nous parlons désormais du cinéma chinois avec admiration, nous connaissons les grands noms du moment et surtout, nous regardons des films chinois ! Le cinéma a donc accompagné la Chine dans son émergence sur le devant de la scène internationale, et d’ailleurs, le cinéma a sûrement participé à cette ouverte de la Chine moderne au monde.

Mais je remarque également l’effet inverse : si le monde s’est intéressé au cinéma chinois, quelques-uns des principaux meneurs du cinéma chinois sont désormais plus intéressés par ce qui se passe en dehors de chez eux. Côté réalisateurs, citons John Woo (Volte-Face, Mission Impossible 2 etc.), Ang Lee (Le Secret de Brokeback Mountain) ou encore Wong Kar-Wai (My Blueberry Nights). Côté acteurs, Maggie Cheung multiplie les films en Français, Jackie Chan est une star d’Hollywood, Michelle Yeoh a été James Bond Girl dans Demain Ne Meurt Jamais, Jet Li a plus tourné aux Etats-Unis qu’en Chine ces dernières années. Bref, une partie du cinéma chinois se détourne de la Chine pour mettre son savoir-faire au profit d’autres histoires, d’autres pays. Ce n’est pas uniquement une question d’argent, car il suffit de voir les salaires des acteurs du film de cette fin d’année, The Warlords, pour comprendre que la Chine, notamment par le biais d’Hong Kong et de Taiwan, a les moyens de financer de très grosses productions. De plus, la plupart des acteurs du moment sont issus du monde de la musique, où ils ont déjà acquis fortune et notoriété (Andy Lau, Jay Chou dans La Cité Interdite, Wang Lihong dans Lust, Caution etc.)

En revanche, le problème vient peut-être du contenu des films eux-mêmes, ou plutôt de son contrôle. Si globalement je pense que les médias occidentaux se font beaucoup de fantasmes sur la censure gouvernementale en général, le cinéma est l’un des domaines où elle est réellement puissante. Il suffit de prétexter un érotisme trop cru pour écarter définitivement un film comme Une Jeunesse Chinoise de son public national. Vous avez eu une nouvelle illustration de ce problème avec le récent Lost in Beijing, un film qui décrit la vie précaire d’un couple de travailleurs pauvres dans la future capitale olympique. L’argument du sexe à l’écran a permis de restreindre la diffusion de cette image de Pékin qu’on ne saurait voir. Une nouvelle fois, c’est par l’intermédiaire de sites Internet français ou anglophones que je l’ai appris, car ici en Chine, le flot de nouvelles sorties, qui contient le même lot de grosses productions américaines qu’en France, laisse ce discret exercice de censure inaperçu des masses chinoises. Pour ces cinéastes chinois qui n’ont pas choisi de s’exiler ou de parler d’autre chose dans leurs films, il faut donc se contenter des lauriers internationaux, et compter sur les petits magasins de DVD pirates pour diffuser leur message sous le manteau.

Le bilan de cette série sur le cinéma chinois est donc contrasté. Il y a indubitablement une grande richesse et une grande qualité dans ce pays et ses artistes. Mais il est difficile de prévoir l’avenir, même à court ou moyen terme, du cinéma chinois : vont-ils accepter les ponts d’or d’Hollywood et ses sujets aseptisés, ou vont-ils continuer à jouer avec la censure pour proposer un regard différent sur leur pays et ses changements (en bien ou en mal) ? Ou bien les deux ? Pour notre plus grand bonheur de cinéphiles sinophiles !

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Yousra 18/10/2008 20:04

c'est joli votre blog , j'aime bien la chine , si vous voulez bien me donner des renseignements svp , voilà mon msn : yousra_lamrani@hotmail.fr

Val 15/01/2008 06:17

Merci "canton ren" :-)
Les deux courants subsisteront certainement en effet, et tant mieux parce que j'aime bien leurs grosses productions aussi!
Sinon je veux revenir sur deux points :
-Justement, je pense que certains artistes chinois se detournent desormais de leur pays, et donc de l'impact qu'ils pourraient avoir sur leurs compatriotes, pour travailler aux USA. J'ai donne quelques exemples dans l'article.
-Ensuite, le systeme des dvd pirates permet de baisser le prix d'un film, qui potentiellement ne sont plus reserves a une elite... meme s'il faut pouvoir payer un lecteur dvd ou un ordinateur pour visionner le film.
Sinon je suis d'accord avec toi. Le cinema chinois peut faire bouger des choses. Wait and see...

ZiYi...yi ge canton rennn =))) 14/01/2008 18:44

Réponse à la Sciences Po, comme tu as l’habitude =)

Bien évidemment, les deux courants cohabiteront toujours. Tu auras forcément des artistes qui continuerons à jouer à contre courant de l’image officielle, et montreront toujours l’autre visage de la Chine…tout simplement parce que c’est plus drôle de jouer les rebelles et surtout d’aborder des sujets plus personnelles. Les délaissés du « miracle économique », le décalage entre les générations, la confrontation entre les traditions et les modes des sociétés contemporaines seront des sujets d’actualités tant qu’ils seront pas résolus…De plus, relayer les problèmes socio-économiques a toujours été un des rôles des artistes…Par ailleurs, la Chine est tout de même une des scènes les plus féroces du capitalisme, l’argent est roi, et le goût du luxe, et du bling bling des chinois donneront toujours succès aux grosses productions.

Mais ce qui est intéressant de soulever dans la question « où vas le cinémas chinois ? » est de savoir quelles sont les conséquences de cette prolifération, parce qu’il ne faut pas oublier, le cinéma, que ce soit des films d’auteurs ou des grosses productions, seuls les classes moyennes et l’élite ont accès. Il faut non seulement avoir une culture de l’occident pour connaître les films qu’on veut acheter, et en plus il faut avoir les moyens pour aller au cinéma. Donc, au final, ce qui est peut être intéressant à observer est plutôt de voir si le développement des films d’artistes, récompensés sur les scènes internationales et qui encouragent tous les gros portes feuilles à aller à Hong-Kong pour regarder la version non censuré, va –t-il permettre de faire évoluer les mœurs et de faire comprendre davantage aux chinois, les différents aspects de leur société en comparaison avec celles de l’occident. Les différents réalisateurs veulent certes montrer des faits, des vérités au monde entier, mais c’est avant tout à leurs compatriotes, et notamment à ceux qui peuvent changer les choses…ces gros riches, cette élite, cette classe moyenne qui aspirent à un style de vie occidental en plaçant l’argent au centre de tout. C’est à eux que ces artistes veulent faire comprendre que la Chine, avec leur coopération, peut créer sa propre voie, et peut à son tour être un modèle…d’où le besoin de montrer que même la Chine peut faire des grosses productions admirées par tous, mais en même temps montrer que la Chine a ses problèmes face à cette évolution trop rapide, à cause d’une ouverture trop brusque… Il faut trouver une solution pour aller mieux tous ensemble…Tel est le message que je ressens en regardant tout ce cinéma.

Finalement, ces différentes manières cinématographiques d’aborder la société chinoise vont-elles réussir à atteindre leur but ?...J’attend impatiemment de voir la réponse…en attendant vive la révolution sexuelle à travers le cinéma….

Val 10/01/2008 04:47

@ William : Merci et bienvenue ! Pour me joindre, il y a une rubrique "Contact" tout en bas de la page. Sinon voilà mon adresse mail : valentinchaput@hotmail.com. Bonne visite !
V

william 09/01/2008 21:32

Il a l'air coool ton blog. 有了时间我会仔细看一看。

巴黎学生。上海小伙子。

on peut te joindre?