Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Bienvenue sur mon blog !

IMGP0417.JPG
Je m'appelle Valentin Chaput, ou Xia Bing
en chinois (夏冰 : "glace de l'été"). En 2007-2008, l'année de mes 20 ans, j'ai eu la chance de partir un an apprendre le mandarin à Pékin dans le cadre de ma troisième année à Sciences Po Paris. J'étudiais à l'université de langues étrangères de Pékin, connue en Chine sous le nom de BeiWai, abbréviation de Beijing Waiguoyu Daxue (北京外国语大学).

Vous trouverez sur ce blog le récit de ma vie pékinoise en cette année olympique, des photos de mes voyages et des dossiers thématiques pour découvrir à mes côtés la richesse de la civilisation chinoise. J'espère que vous prendrez du plaisir à parcourir ce blog, et qu'il vous donnera envie de vous rendre en Chine à votre tour !

谢谢

 

Val----Qufu-FB-r--d.jpg

 

Retrouvez moi sur : 

Logo Linkedin2Logo Viadeo

28 octobre 2007 7 28 /10 /octobre /2007 10:19
Après quelques péripéties, je reviens pour un nouvel article sur le thème de la géographie. Cette série est bientôt terminée, le rythme de publication de mes petits articles a été pour le moins chaotique, donc j’essayerai de vous faire une synthèse prochainement.
Car dans mon esprit, l’enchaînement des articles respecte une certaine logique. Après la partie classique sur la topographie, j’ai essayé de vous donner quelques informations sur la gestion politique et administrative de ce territoire, avant d’aborder une troisième et dernière partie, qui porte plus sur les transformations actuelles de la Chine, avec l’ouverture économique expliquée dans l’article précédent, les transports pour aujourd’hui, et l’enjeu environnemental pour la prochaine fois.

Map-transports.jpg
L'important n'est pas le détail de la carte, mais bien l'impression générale de déséquilibre.

Parlons donc des moyens de communication aujourd’hui. La carte que je vous propose doit vous procurer la même sensation que les précédentes : la Chine est très inégalement desservie par les réseaux de transports. Il est logique de voir que le littoral est très bien aménagé, et qu’à mesure que l’on s’enfonce dans les terres vers l’ouest, le réseau devient de moins en moins dense.
Je vous rappelle que le train (火车, huoche, « le véhicule de feu ») reste le moyen de transport privilégié des Chinois pour les (très !) longues distances. J’ai déjà pu vous raconter mes premières expériences du train chinois. Je dois dire que malgré sa faible vitesse (quand est-ce qu’on va leur vendre nos TGV ?), il est très fiable, et relativement bon marché, au moins dans les classes inférieurs. A condition de passer votre nuit sur un siège dur dans un wagon rempli qui reste éclairé, vous payerez moins de 15 euros pour aller de Pékin à Xi’an par exemple.

Mais au-delà du train et de la traditionnelle bicyclette (cf. annexe sur le film Beijing Bicycle), le véhicule qui s’impose progressivement est l’automobile. Mille nouvelles immatriculations par jour pour la seule municipalité de Pékin, cela représente un million de véhicules supplémentaires en moins de trois ans dans la capitale ! Pourtant les voitures sont chères, autour de 50 000 yuans pour les moins chères, ce qui représente certes la moitié du prix européen, mais ramené au niveau de vie chinois, ce n’est pas une somme négligeable. Pourtant, le métro encore peu développé et les bus bondés poussent quotidiennement de nouveaux Pékinois à acheter une voiture. Côté français, les Citroën Elysée et Triomphe (je crois que c’est le modèle de la C5 légèrement modifié) sont les plus présentes, mais sinon il y a beaucoup de marques en concurrence.


Les villes chinoises d'aujourd'hui : des tours, des grues, des avenues, des échangeurs et... des voitures !

Circulation-4.jpg
Le souci, c’est que ces voitures polluent… énormément ! Les périphériques à cinq voies sont devenus insuffisants et Pékin connaît chaque jour plusieurs heures de bouchons, ce qui, comme chacun sait, n’est pas très bon pour notre couche d’ozone. Et après une bonne heure de sport, je peux vous assurer que l’on sent que l’air est très chargé. Il n’est pas rare que l’on voit un nuage de pollution bien épais au-dessus des grands axes de la ville. J’aurais l’occasion de revenir sur la pollution dans mon prochain article justement, car la situation est préoccupante.

Pour finir, je vous ajoute les prévisions de vente de voitures en Chine pour les années à venir : au rythme actuel, le parc automobile chinois pourrait passer de 30 millions de voitures actuellement à... plus de 120 millions d'ici dix ans ! Si les constructeurs européens avaient la bonne idée de sortir enfin les voitures propres qu’ils développent, cela pourrait être très bénéfique, non seulement pour l’économie de nos pays, mais aussi et surtout pour notre petite planète…

Partager cet article

Repost 0
Published by Val - dans Géographie
commenter cet article

commentaires