Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Bienvenue sur mon blog !

IMGP0417.JPG
Je m'appelle Valentin Chaput, ou Xia Bing
en chinois (夏冰 : "glace de l'été"). En 2007-2008, l'année de mes 20 ans, j'ai eu la chance de partir un an apprendre le mandarin à Pékin dans le cadre de ma troisième année à Sciences Po Paris. J'étudiais à l'université de langues étrangères de Pékin, connue en Chine sous le nom de BeiWai, abbréviation de Beijing Waiguoyu Daxue (北京外国语大学).

Vous trouverez sur ce blog le récit de ma vie pékinoise en cette année olympique, des photos de mes voyages et des dossiers thématiques pour découvrir à mes côtés la richesse de la civilisation chinoise. J'espère que vous prendrez du plaisir à parcourir ce blog, et qu'il vous donnera envie de vous rendre en Chine à votre tour !

谢谢

 

Val----Qufu-FB-r--d.jpg

 

Retrouvez moi sur : 

Logo Linkedin2Logo Viadeo

8 octobre 2007 1 08 /10 /octobre /2007 17:34
Journée de rentrée pour les Chinois, après une Golden Week bien remplie. La rentrée, qu'elle est lieu en Chine ou en France reste la rentrée... on se met à penser aux futures vacances , mais cette année, il faudra attendre jusqu'à la mi-janvier ! Le rythme scolaire reprend, alors que les températures descendent de plus en plus sensiblement de jour en jour. Pékin a inauguré sa quatrième ligne de métro, qui s'appelle en réalité la ligne 5, mais après la 1, la 2 et la 13, et avant la 8, il ne faut pas s'étonner de la numérotation farfelue.

Passons aux choses sérieuses, avec un article qui, je l'espère, vous apportera quelques nouveaux éléments sur la Chine. Aujourd'hui, je reste sur la géographie physique, en reprenant la carte déjà publiée hier. Malgré le fait que les frontières ne soient pas très évidentes, elle nous montre très bien la diversité du relief chinois :

China-topo.jpg
Cette carte vous permet de remarquer l'importance de la surface couverte par les hauts plateaux du centre, les déserts de Gobi au nord et du Takla-makan à l'ouest, ainsi que les sommets himalayens enneigés. Seule la Chine littorale est composée de plaines. Cette distinction a une importance considérable dans la gestion de l'espace chinois. 85% du territoire chinois se situe à une altitude supérieure ou égale à 500m (en gros, les zones en marron sur la carte ci-dessus). L'altitude moyenne du Tibet, en plein dans la chaîne de l'Himalaya, est supérieure à 4000m, ce qui correspond au niveau des plus hauts sommets des Alpes (Mont-Blanc, 4810m) ! Bref, on monte rapidement très haut, et la Chine peut s'enorgueillir de partager avec le Népal quatre des six plus hauts sommets du monde, dont l'Everest (8848m).
Mais c'est bien dans les plaines que s'est toujours concentré le pouvoir en Chine, notamment à partir des Han. Contrairement à l'Europe médiévale où les châteaux-forts étaient construits sur des collines ou des monts pour surplomber les territoires environnants, et à l'occasion les adversaires, les places-fortes en Chine se sont développées dans les plaines. Pékin en est la parfaite illustration. On peut même opposer une "Chine des plaines", riche et puissante, à une "Chine des pentes", très difficile à apprivoiser. Les fleuves ont également avantagé les plaines, avec le Fleuve Jaune (Huang He) au nord, ou le Yangzi (Chang Jiang), dont l'embouchure est juste au-dessus de Shanghai.

De ce découpage topographique entre la Chine des plaines proche du littoral et la Chine des pentes à l'ouest et au centre, auquel l'on peut ajouter un découpage climatique nord-sud, on aboutit à l'organisation de l'espace chinois contemporain. Ce découpage actuel repose sur trois zones.

3-zones.jpg
La Chine littorale (à droite du trait rouge sur la carte ci-dessus) est la plus développée. C'est elle qui s'est ouverte au monde extérieur, a profité des investissements et de la croissance, autour de trois pôles majeurs : la région de Pékin-Tianjin au nord, celle de Shanghai, puis celle de Canton-Macao-Hong Kong au sud. Reliée à la Chine centrale par les grands fleuves, et au monde extérieur par ses grands ports qui sont désormais parmi les cinq ou dix plus importants du globe en terme de trafic (Tianjin, Shanghai, Hong Kong etc.), c'est cette Chine moderne dont les médias français parlent généralement.
Toutefois, à l'est des provinces littorales, la situation change. On parle alors de la Chine du centre (entre les lignes jaune et rouge), avec des pôles comme Xi'an, Chongqing et le Sichuan ou Wuhan. Agriculture, industries, les niveaux de développement sont aussi divers que les activités, mais cette Chine profite désormais de l'attractivité de la Chine et de l'aménagement de ses voies fluviales (le fameux Barrages des Trois-Gorges sur le Yangzi) pour espérer combler une partie de son retard sur le littoral.
Enfin, le Grand ouest chinois est une zone que l'on peut qualifier de périphérique, car elle est moins peuplée, du fait de la présence de déserts ou de fortes altitudes, et pour le moment moins industrialisée, donc moins présente dans la compétition économique mondiale. Néanmoins, il y a depuis Mao de nombreuses politiques de développement de ces régions, et la nouvelle ligne de chemin de fer qui relie Pékin au Tibet en est une bonne illustration.

Avant de passer à la description de l'organisation administrative de la Chine, j'en termine donc avec la partie physique de cette série sur la géographie de la Chine en rappelant les deux éléments importants que j'ai retenu de mes cours sur la "Nouvelle Géographie de la Chine" à Sciences Po, et qui me paraissent essentiels pour appréhender la Chine contemporaine. Les conditions naturelles de l'espace chinois ont déterminé depuis bien longtemps un découpage entre des zones de plaines où se sont développés le pouvoir et les activités humaines, et les zones d'altitude plus élevée, moins propices au développement. Ce déterminisme du relief et du climat a entraîné l'organisation de la Chine selon trois espaces de niveau très inégal : la Chine orientale et littorale, la Chine centrale et la Chine occidentale périphérique.

Partager cet article

Repost 0
Published by Val - dans Géographie
commenter cet article

commentaires