Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Bienvenue sur mon blog !

IMGP0417.JPG
Je m'appelle Valentin Chaput, ou Xia Bing
en chinois (夏冰 : "glace de l'été"). En 2007-2008, l'année de mes 20 ans, j'ai eu la chance de partir un an apprendre le mandarin à Pékin dans le cadre de ma troisième année à Sciences Po Paris. J'étudiais à l'université de langues étrangères de Pékin, connue en Chine sous le nom de BeiWai, abbréviation de Beijing Waiguoyu Daxue (北京外国语大学).

Vous trouverez sur ce blog le récit de ma vie pékinoise en cette année olympique, des photos de mes voyages et des dossiers thématiques pour découvrir à mes côtés la richesse de la civilisation chinoise. J'espère que vous prendrez du plaisir à parcourir ce blog, et qu'il vous donnera envie de vous rendre en Chine à votre tour !

谢谢

 

Val----Qufu-FB-r--d.jpg

 

Retrouvez moi sur : 

Logo Linkedin2Logo Viadeo

6 septembre 2007 4 06 /09 /septembre /2007 17:57
Vous l'aurez compris, je préfère l'écrit à l'oral, encore plus en Chinois que dans les autres langues. L'idée d'apprendre les caractères m'a tout de suite beaucoup plu ; heureusement car ici, c'est une centaine de nouveaux hanzi par semaine !

C'est néanmoins une sensation très étrange de se balader dans les rues chinoises et de ne rien comprendre à ce qui est écrit (sauf les nombres qui sont généralement en chiffres arabes maintenant). Même lorsque l'on connaît tous les caractères, le sens des jeux de mots reste obscur. J'y pensais encore tout à l'heure au supermarché : on imagine ce que c'est d'être analphabète ! Bref, il y a du boulot !

Au départ, c'est très amusant d'apprendre à dessiner les premiers caractères (oui, dessiner, car il n'y a pas encore de perspective d'écriture). Mais après, beaucoup de caractères se ressemblent à quelques traits près. Je vais prendre l'exemple de qing, puisque je connais quatre caractères partageant la même base : 青 (couleur bleu-vert, qui donne jeunesse avec un autre caractère), 请 (inviter quelqu'un), 情 (sentiment) et 晴 (clair). Et il y en a d'autres... Vous remarquerez que la partie droite est une base commune, et seule la partie gauche diffère.

C'est le système des clés. Il en existe 214 différentes. Par exemple, la gauche du 请 est la clé de la parole, que vous retrouverez dans 说 (shuo = parler), 语 (yu = langue, comme fayu : le Français) ou 课 (ke = la leçon) etc. Il y a donc une logique dans l'écriture, qui n'est pas aussi aléatoire qu'elle pourrait le laisser penser au premier abord. On retrouve parmi les clés celles de l'homme, la femme, l'eau, la terre, l'herbe pour les plantes, la nourriture, les bâtiments etc. La clé peut être placée un peu partout dans le caractère, et certains sont l'addition de plusieurs clés : 茶 (cha = le thé, avec la clé de l'herbe en haut).

De manière générale et un peu simplifiée, la partie gauche du caractère donne le sens (par exemple, si vous êtes perdu avec un caractère inconnu, mais que vous avez la clé de la nourriture, c'est souvent un plat ou un lieu où l'on peut manger ou acheter de la nourriture). A l'inverse, la partie droite donne le son (on l'a vu avec tous les qing). Vous pouvez donc vous en sortir en devinant le sens des caractères basiques. C'est assez magique n'est-ce pas ?

Ensuite, si vous devez chercher un caractère nouveau dans le dictionnaire, il faut le disséquer. L'écriture des caractères respecte un ordre de traits bien particulier, un peu trop long à expliquer ici. Par exemple, 我 (wo = je) comprend sept traits. Dans le dictionnaire, la première étape, c'est de repérer la clé. Prenons l'exemple de cha, la clé de l'herbe contient trois traits. Les 214 clés sont répertoriées au début du dico par nombre croissant de traits. Une fois que vous avez trouvé la clé de l'herbe, tous les caractères qui contiennent cette clé sont indiqués, eux aussi par nombre croissant de traits. Dans cette seconde liste, vous trouverez la prononciation en pinyin, qui vous renvoie à la page correspondante du dictionnaire, cette fois, par ordre alphabétique comme chez nous. C'est un peu compliqué dit comme cela... essayons avec un schéma :

Cha-hanzi.jpg
1e étape : les trois traits de la clé ; 2e étape : les six traits restants.

Bref, vous l'aurez compris, la science des caractères chinois est assez infinie et passionnante, surtout si vous vous mettez à les calligraphier ! Ce sera d'ailleurs le sujet de mon dernier petit cours sur les bases du Chinois demain : les différents styles d'écritures (même si l'exhaustivité est impossible, je vous donnerai quelques exemples).
Bon, je vais justement refaire quelques lignes de caractères ! @+
V

Partager cet article

Repost 0

commentaires