Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Bienvenue sur mon blog !

IMGP0417.JPG
Je m'appelle Valentin Chaput, ou Xia Bing
en chinois (夏冰 : "glace de l'été"). En 2007-2008, l'année de mes 20 ans, j'ai eu la chance de partir un an apprendre le mandarin à Pékin dans le cadre de ma troisième année à Sciences Po Paris. J'étudiais à l'université de langues étrangères de Pékin, connue en Chine sous le nom de BeiWai, abbréviation de Beijing Waiguoyu Daxue (北京外国语大学).

Vous trouverez sur ce blog le récit de ma vie pékinoise en cette année olympique, des photos de mes voyages et des dossiers thématiques pour découvrir à mes côtés la richesse de la civilisation chinoise. J'espère que vous prendrez du plaisir à parcourir ce blog, et qu'il vous donnera envie de vous rendre en Chine à votre tour !

谢谢

 

Val----Qufu-FB-r--d.jpg

 

Retrouvez moi sur : 

Logo Linkedin2Logo Viadeo

4 septembre 2007 2 04 /09 /septembre /2007 17:17
Bonjour,
vous avez pu constater hier la différence entre le pinyin et les caractères. Le pinyin a été inventé pour faciliter l'apprentissage de la prononciation des caractères. Chaque caractère représente une syllabe. Ainsi, le cheval se dit ma (马) et l'université daxue avec deux syllabes donc deux caractères (大学). Mais il arrive que plusieurs caractères se prononcent presque de la même façon : par exemple, shi signifie, entre beaucoup d'autres choses, le verbe "être" (是), et le nombre 10 (十). Il y a donc une accentuation particulière pour les différencier. On distingue donc quatre tons :

chinois-tons.gif
Le premier ton est très haut, presque chanté. Le deuxième marque une élévation de la voix. Le troisième nécessite de baisser puis de remonter l'intonation jusqu'à finir presque au niveau du premier ton. Le quatrième ton est plus court et descend de manière tranchée. Alors dit comme ça, c'est bien joli, mais c'est très très dur, surtout pour moi qui n'ait pas l'oreille musicale. Surtout qu'il faut lire des phrases entières sans se tromper de ton, pour ne pas dénaturer le sens. Ces tons se matérialisent par des accents placés sur les voyelles et les diphtongues, mais mon ordinateur ne permet de tous les mettre. Globalement, ils reprennent le schéma ci-dessus : 1er ton = trait horizontal ; 2e = accent aigu ; 3e = accent circonflexe inversé ; 4e = accent grave.

Bref, cela demande de la pratique et de la patience. Mais, me direz-vous, pourquoi les Chinois n'abandonnent-ils pas leur système compliqué de caractères pour cette transcription en alphabet occidental ? Et bien parce que les caractères offrent beaucoup plus de richesse, et puis parce que plusieurs mots s'écrivent de manière identique en pinyin. J'ai trouvé cet exemple assez connu sur le Net :

-Phrase en caractères : 石室诗士施氏,嗜狮,誓食十狮。etc.
-Phrase en pinyin (avec ton entre parenthèse) : shi(2) shi(4) shi(1) shi(4) shi(1) shi(4), shi(4) shi(1), shi(4) shi(2) shi(2) shi(1) etc.
-Phrase en Français : Dans sa maison de pierre, le poète Shi qui aimait les lions, jura qu'il pouvait en manger dix. etc. Le texte entier est beaucoup plus long. C'est bien simple, imaginez qu'il y a d'après le logiciel de chinois de mon ordinateur 68 caractères différents qui s'écrivent shi en pinyin. Et comme il n'y a que quatre tons...

Voilà, si vous voulez vous mettre au Chinois, il faudra passer par l'apprentissage des caractères. Même si certains mots sont simplement l'addition de plusieurs caractères, ou des variantes simples, mon dictionnaire annonce 4800 caractères, et il faut au moins 1500 pour lire le journal. La route est encore longue...

Demain, la troisième explication des bases du Chinois abordera ce qui est encore pire que les tons : la prononciation des lettres du pinyin !
Bonne soirée

Partager cet article

Repost 0

commentaires